Mercredi 23 juillet: L’arbre sacré du Buganda

DSC04486web

Nous quittons ce matin le lodge Kyaninga, sans regret malgré la majesté du paysage. Panique à bord d’une membre du staff au moment du départ. On ne nous demande pas si nous avons passé un bon séjour. On s’en fiche complètement. On nous demande si nous avons réglé la note. Mais quelle note ? Après explications, les boissons ne sont pas comprises.

– Bon ok. Donnez nous donc cette fameuse addition. – Elle n’est pas prête – Ah bon ? – Alors, préparez la ! – Mais le responsable du bar n’est pas là (Il est tout de même un peu plus de 9h…).

Et le manager est également absent. D’ailleurs il ne s’est jamais présenté à nous durant ces trois jours. Alors commence une longue, très longue conversation par téléphone où il est question de nombre de verres, de demi-verres, de carafe… Les prix n’ont pas l’air d’être fixés. Nous avons dû consommer quelques verres de vin au cours des repas, plus deux ou trois sodas. Ce n’est quand même pas compliqué ! Eh bien si. Ce n’est qu’au bout d’un quart d’heure (je n’exagère pas) que l’addition sera faite. Coup de sang de mon homme et départ en fanfare. Quel dommage ! Ce très bel endroit n’est pas dirigé par quelqu’un de compétent.  Ici on ne prend pas soin de ses hôtes, on travaille un minimum quand on n’a pas autre chose à faire (la vaisselle sale et les vieux kleenex, le fouillis indescriptible dans le salon, l’impossibilité d’obtenir une lampe de poche pour les coupures de courant, les repas médiocres, le petit-déjeuner digne d’un restau U…l’absence totale de sourires et l’incompétence notoire… j’en passe et des meilleures), on passe son temps à appeler les copains au téléphone, on reçoit lesdits copains et on leur offre un pot pendant que les clients attendent patiemment qu’on veuille bien s’occuper d’eux.

On pourrait penser en me lisant que nous sommes des éternels insatisfaits. Que nenni ! Nous pouvons très bien nous adapter à quelque chose de plus spartiate. Mais au-delà d’un certain prix, on peut quand même avoir quelques souhaits. Le premier étant d’être reçu avec gentillesse et un peu d’attention comme ce fut le cas partout ailleurs dans les nombreux lodges où nous avons séjourné.

Vous comprendrez que je ne vous recommande pas le Kyaninga lodge. Attendez qu’il ait changé de propriétaire !

Bon, voila, j’avais dit que je n’en parlerais pas, mais ça me démangeait. Fin de l’épisode.

Nous voici en route vers Entebbe avec notre fidèle Ismaïl.

Le ciel est tourmenté. Mais le soleil pointe son nez. Nous ne devrions pas avoir de pluie.

DSC04489web

DSC04496web

Nous traversons quelques villages.

DSC04499web

DSC04500web

Nous parcourons le district de Mubende (royaume du Buganda). Ismaïl nous emmène près de  Kasenyi sur un site sacré appelé Nakayima. Il y a là un arbre vieux de quelques siècles où des pélerins viennent régulièrement rencontrer celle qu’on appelle « Jjajja », une vieille femme qui dit être « Muzuukulu wa Nakayima » (la petite-fille de Nakayima). Nakayima, c’est ce grand arbre, réincarnation d’un ancien roi si j’ai bien compris !):

DSC04522web

qui possède des cavités où un homme (ou une femme) peut se glisser.

DSC04525web

un peu de tam tam avant de prendre congé…

DSC04510web

Nous repartons vers Entebbe.

Savez-vous transporter un canapé de cette manière ?

DSC04532web

Nous dînons au restaurant de l’hôtel où nous avions passé la nuit lors de notre arrivée en Ouganda. Nous disons ensuite au-revoir à Ismaïl, et c’est le long voyage de retour via Amsterdam.

Il va falloir repréparer nos valises pour Istanbul où un petit ange va naître. Mais ceci est une autre histoire…

Un commentaire

Classé dans Voyage

Mardi 22 juillet: les lacs de cratères

Avant-dernière journée en Ouganda

Tour des lacs avecs Ismaïl…DSC04430web

DSC04423web

The « top of the world » comme l’appellent les Ougandais: point culminant de la région…

DSC04432web

DSC04436web

DSC04437web

Notre sympathique Ismaïl (à gauche !)

DSC04440web

Un avocatier  (en regardant sur wikipedia, j’ai appris que le nom du fruit – avocat – venait du nahuatl, une  langue aztèque, et voulait dire « testicule »…)

Avocatweb

Red hotpoker tree. Je ne sais pas s’il existe une traduction.

DSC04445web

DSC04444web

De belles bougainvillées ou de beaux bougainvilliers, comme vous voulez !

DSC04447web

On the road again

DSC04452web

Sur un arbre, au bord du chemin, un petit arrêt pour admirer ces jolis petits singes, des « black-and-white colobus »

DSC04455web

DSC04458web

SONY DSC

Ismaïl nous arrête à Fort Portal, la ville la plus proche de notre lodge, afin de faire une pause et quelques achats. Une belle mosquée attire notre attention. Elle a été construite grâce à des fonds libyens, sous le régime de Kadhafi (voir l’article de Slate.fr : http://www.slateafrique.com/989/princesse-ougandaise-kadhafi )

MOSQUEE KHADAFIweb

DSC04467web

DSC04468web

Achat de quelques babioles, de café et de thé ougandais. Ca sent la fin des vacances.

Retour au lodge. Notre linge, donné à laver depuis trois jours ne nous est toujours pas restitué. Nous le récupérerons quand même en fin de soirée. Il est propre mais immetable (rendu tout froissé en bouchon !) Fort heureusement, nous avons encore de quoi nous changer pour notre long voyage de retour. Avec Ismaïl, demain, nous rejoindrons  Entebbe en Land Rover, d’où notre avion décollera dans la nuit du 23 au 24 pour Amsterdam, puis pour Paris.

Commentaires fermés sur Mardi 22 juillet: les lacs de cratères

Classé dans Voyage

Lundi 21 juillet: les chimpanzés

Debout à 5 heures. Panne d’électricité. Nous sommes dans le noir complet et aucune lampe n’est prévue. Personne ne semble se soucier de cet inconvénient… Nous avons juste le droit à un « sorry » !

Départ pour la forêt où se trouvent les chimpanzés.

Il pleut. Vous pensez peut-être  qu’il s’agit d’une petite averse. Non ! Une douche ? Non, toujours pas… Imaginez plutôt qu’on vous verse des seaux d’eau sur la tête en continu…

DSC04388web

Ca commence bien. Les guides sont en retard. Nous « poireautons »… Entretemps, Ismaïl nous a dégoté des ponchos qui sont censés nous protéger de la pluie. Le mien est trop long et je ne cesserai pas de me prendre les pieds dedans. Comme il pleut à verse, impossible de prendre des photos ! La marche interminable et pénible nous permettra quand même de voir quelques chimpanzés. Mais je crois ne pas avoir autant râlé de ma vie ! Au péril de mon appareil photo, voici quelques clichés:

DSC04396web

DSC04402web

DSC04400web

DSC04410web

Sur la route du retour au lodge… Ici le vélo est un engin de transport. Je n’ai vu aucun animal de trait.

DSC04418web

Nous sommes épuisés et passons notre après-midi à nous reposer. La pluie a enfin cessé et nous pouvons profiter de notre terrasse.

DSC04419web

L’observation des oiseaux est un de mes passe-temps favoris. J’aperçois un Augur Buzzard

SONY DSC

et un grand héron gris

SONY DSC

Demain, balade autour des lacs avec Ismaïl… Nuit réparatrice !

 

Commentaires fermés sur Lundi 21 juillet: les chimpanzés

Classé dans Non classé

Dimanche 20 juillet: en route pour Kibale

Ouganda Bwindi Kibale

Ce matin nous partons de Bwindi pour Kibale. Notre lodge se trouve près des grands lacs volcaniques, non loin de Fort Portal.

Nous allons traverser le Parc national Queen Elizabeth.

DSC04303web

On y trouve de nombreux animaux, mais ici on doit rester sur la route.

DSC04300web

Afin d’empêcher les éléphants de dévaster les cultures, une tranchée est creusée sur trente kilomètres.

DSC04299web

DSC04324web

Voici l’entrée du parc et un arbre aux curieux fruits. Le Jackfruit tree

DSC04298web

Des antilopes appelées « topi »

DSC04314web

DSC04308web

Un aigle martial

DSC04353web

Des buffles

DSC04333web

DSC04335web

DSC04336web

L’african Harrier Hawk

DSC04339web

DSC04339web2

Des grues couronnées

DSC04318web2

De très belles antilopes

DSC04304web

DSC04305web

DSC04322web

Le temps se gâte, il va pleuvoir. Et quand il pleut au niveau de l’équateur…

Rencontre avec des babouins en famille

DSC04347web

DSC04345web Petite séance de pédicure ?

DSC04342web

DSC04352web

Et notre route traverse  l’équateur

Carte-Afrique

DSC04361web

Photo traditionnelle pour les petits écoliers aussi…

DSC04364web

Il pleut toujours…

DSC04365web

Et voici Fort Portal. C’est jour de marché…

DSC04376web

DSC04379web

Et nous arrivons au Kyaninga Lodge. Situation magifique au bord d’un lac qui est un ancien cratère.

DSC04470web

DSC04471web

DSC04472web

DSC04385web

DSC04386web

Et voici la vue depuis notre chambre, un chalet sur pilotis, avec une grande terrasse… Rien que pour cela, l’endroit vaut le détour.

DSC04475web

DSC04384web

DSC04383web

DSC04474web

DSC04473web

Un endroit vraiment magnifique mais hélas le staff n’est absolument pas à la hauteur. L’accueil est très commercial. Les membres du  personnel passent leur temps au téléphone et peu d’attention est donnée aux hôtes. Dommage car ce lodge mériterait mieux ! Je passerai sur tous les « bugs »… J’ai donné mon avis sur « trip advisor »

Demain réveil à 5 heures pour le chimpanzee tracking…

Commentaires fermés sur Dimanche 20 juillet: en route pour Kibale

Classé dans Voyage

Samedi 19 juillet: Batwa Walk, rencontre avec les derniers Pygmées

Lorsque la forêt de Bwindi a été déclarée parc naturel protégé, ses habitants, les Pygmées,  en ont été chassés car ils représentaient un grand danger pour les gorilles qu’ils n’hésitaient pas à tuer s’ils se sentaient menacés. Les Pygmées, aujourd’hui très peu nombreux,  survivent tant bien que mal. Ces chasseurs cueilleurs ont dû se résoudre à cultiver la terre et à éléver du bétail. Nous avons l’occasion d’aller à leur rencontre et nous décidons de leur consacrer notre matinée.

Jolie promenade… Un champ de thé

DSC04211web

 et des cueilleurs…

DSC04214web

Un caféier…

DSC04208web

DSC04209web

DSC04210web

La brume, omniprésente, à cause de la chaleur et de l’humidité…

DSC04217web

Une dame fait sa lessive dans l’eau claire de la rivière. Notre guide trouve étonnant que je la photographie et me demande comment je fais ma lessive. Un peu gênée, je lui explique que chez moi, nous avons une machine électrique pour laver le linge, que nous avons même des sèche-linge et des machines pour faire la vaisselle. Il ignorait que cela puisse exister.

Et nous voici chez les Pygmées. Ils nous accueillent en chantant et en dansant. Ils nous font aussi tout un discours au cours duquel, nous dit notre guide interprète, ils demandent pardon pour avoir fait du mal aux gorilles. Les pauvres ! Pour eux, c’étaient des animaux sauvages et dangereux !  A voir la misère dans laquelle ces gens vivent aujourd’hui, comment leur en vouloir ?

DSC04218web

DSC04219web

Ils ont mis leurs plus beaux atours…des guenilles…

DSC04222web

DSC04225web

Ici, les rôles sont bien définis: aux hommes la tâche de faire le feu, de chasser et aux femmes la popotte…

Gérard va donc essayer de faire du feu…sans allumettes bien sûr !

DSC04230web

Bon, il n’est pas prêt pour Koh Lanta !

Pour les Pygmées, c’est un jeu d’enfant.

DSC04227web

DSC04229web

Une femme écrase du grain pour en faire une sorte de farine…

DSC04234web

Un homme allume le feu qui va servir à préparer le repas

DSC04231web

dans une case où une vieille femme va m’initier à sa « cuisine »

DSC04232web

Il s’agit de touiller cette « farine » avec un peu d’eau jusqu’à formation d’une boule compacte.

DSC04251web

Et il n’y a plus qu’à déguster ! Nous y avons goûté (Beurk…) ainsi qu’à des bouts de viande, je devrais dire de gras,  grillés (rebeurk…) et à des bananes plantain juste chauffées sur le feu (beurk beurk beurk…). Ils étaient contents car nous avons bien sûr dit que c’était très bon. Il y a des circonstances où le mensonge est nécessaire !

DSC04254web

Notre guide nous montre un curieux arbre contre lequel se trouve une échelle et dans lequel une cabane a été construite comme une sorte de nid.

DSC04243web

C’est effectivement un  nid…à bébés ! Lorsqu’un enfant naît, il est placé dans cet habitacle sous la surveillance du chef de village qui se trouve à l’intérieur,  pendant une quinzaine de jours avant de rejoindre sa mère.

Puis, après une nouvelle grimpette, nous parvenons sur le terrain de chasse. Gérard va devoir montrer ses talents de chasseur et d’archer ! Le chef lui montre comment faire et réussit à atteindre sa cible (une fausse gazelle) au bout de quelques essais.

DSC04238web

DSC04239web

Voici mon Robin des Bois… qui atteint le gibier du premier coup ! (Vous admirerez aussi la qualité du photographe qui a saisi la flèche en plein vol ! )DSC04240web

Puis les Pygmées effectuent une nouvelle danse pour fêter le succès de la chasse.

DSC04247web

DSC04248web

DSC04244web

Nous disons au-revoir à nos nouveaux amis et demandons à notre guide ce que nous pouvons faire pour eux. Leur donner de l’argent ? Ils vont aller le boire, nous dit-il… Le fléau de l’alcoolisme ne les a pas épargnés. Il vaut donc mieux leur offrir de la viande ou de la farine. Nous nous rendons donc au marché pour rencontrer le boucher du coin. Pas de risque ici de rencontrer des touristes. Ils ne s’intéressent déjà pas aux Pygmées (selon le guide nous étions les premiers depuis un certain temps) alors le marché local…

Des femmes vendent des fruits et des légumes…

DSC04270web

DSC04267web

Et voici la boucherie ! Ô my God !

DSC04262web

DSC04260web

La viande est massacrée et, bien sûr, couverte de mouches…

La peau des victimes est recouverte de sel (?) afin d’éponger le sang.

DSC04266web

Nous décidons d’acheter de la viande…sur pied  et  jetons notre dévolu sur cette petite chèvre qui, je l’espère, aura bien été remise aux Pygmées. Un peu de farine aussi…DSC04268web

DSC04273web

Voici Alexander, notre guide chez les Pygmées, qui porte gentiment mon sac pour que je puisse faire des photos…

DSC04271web

DSC04272web

Et voila… Nous quittons le marché après avoir remercié notre guide et lui avoir confié le soin d’apporter nos cadeaux aux Pygmées.

Retour vers le village et visite du Batwa Women Center. Nous commandons un grand sac en tissu pour transporter toutes les bricoles que nous avons achetées lors de notre périple. Il nous sera livré au camp le soir même.

DSC04275web

DSC04285web

DSC04283web

Forest in the mist… Retour au camp pour le dîner

Quelques exemples de plats, tous délicieux !

DSC04280web

DSC04282web

DSC04291web

DSC04293web

DSC04281web

DSC04292web

DSC04290web

Dernière nuit dans ce camp très agréable. Nous partons demain en Land Rover pour Kibale…

Commentaires fermés sur Samedi 19 juillet: Batwa Walk, rencontre avec les derniers Pygmées

Classé dans Voyage

Vendredi 18 juillet: une rencontre inoubliable.

Nous sommes prêts: pantalon long, chaussures de trekking, chemise ou T-shirt à manches longues, bâton de marche et sac à dos pour transporter les trois litres d’eau qui nous seront nécessaires, l’appareil photo, la caméra… La marche peut être longue et difficile. Aussi prenons-nous un porteur (il s’appelle Gerard !). Ce petit boulot, réservé aux hommes des environs, est très convoité et chacun n’a le droit d’y prétendre qu’une fois par mois. La rémunération que nous allons lui donner et qui nous semble bien méritée car il est très efficace aussi pour le « push and pull« , correspond a priori à la moitié de ses revenus mensuels.

DSC04044web

Mais avant, nous avons droit à un long briefing. La photo ci-dessous montre la dstance (7 à 8 mètres) qu’il faut normalement respecter avec les gorilles. Personne n’en a parlé. Et pour cause…

DSC04037web

Notre ranger nous explique que nous allons rencontrer une famille de gorilles appelée MUBARE

DSC04041web

DSC04040web

DSC04039web

Et c’est parti ! La forêt est dense et ça grimpe. Nous sommes sur les pentes d’un ancien volcan. L’altitude et l’humidité rendent la respiration difficile. Et nous ne savons pas si notre famille est proche ou tès éloignée.

DSC04043web

DSC04046web

DSC04047web

DSC04048web

DSC04049web

Notre ranger nous ouvre le chemin à la machette et écarte les dangers éventuels.

Et au bout d’une heure et demie de marche, voici la récompense.

DSC04051web

DSC04052web

DSC04054web

DSC04058web

DSC04060web

DSC04061web

DSC04062web

Je pense qu’il s’agit de Bagyenyi, une femelle adulte…

DSC04070web

Nous apercevons Kanyonyi le dos argenté… et il nous laisse approcher.

DSC04085web

DSC04075web

DSC04078web

DSC04080web

DSC04083web

DSC04087web

DSC04088web

Une femelle à deux mètres de nous, prend son repas. Elle s’appelle Nyampazi.

DSC04113web

DSC04110web

Et revoici le dos argenté (silverback). Nous pourrions presque le toucher. Il est tranquille .

DSC04121web

DSC04123web

DSC04125web

DSC04127web

DSC04128web

DSC04130web

DSC04132web

DSC04133web

La taille de sa main est impressionnante.

DSC04137web

DSC04138web

DSC04141web

DSC04144web

DSC04145web

J’essaie de saisir son regard.

DSC04146web

Et j’y parviens. Comme ce regard est bienveillant ! Et si différent de celui des gorilles qui sont enfermés dans des zoos. J’ai toujours été frappée et peinée de leur grande tristesse… Ici, ces grands primates sont heureux. Ils vivent dans leur milieu naturel, et aujourd’hui les hommes les protègent.

DSC04147web

Après un moment, il s’est levé. Gérard était sur le sentier et le ranger lui a dit de ne pas bouger. Le gorille l’a frôlé mais n’a eu aucun geste agressif. Puis il s’est assis et a recommencé sa cueillette.

DSC04151web

Il a ensuite rejoint sa famille. On aperçoit un bébé près de sa mère. C’est Kyirinvi et son petit (Kyinrinvi baby – il n’est pas encore baptisé – ) Mais là, il vaut mieux ne pas trop s’approcher. L’instinct maternel …

DSC04155web

Ici une autre femelle et son bébé descendent de l’arbre avec précaution…

DSC04162web

DSC04163web

DSC04168web

DSC04171web

Voilà ! J’ai vécu mon rêve et j’ai encore du mal à réaliser. Je savais ces animaux très pacifiques et très proches de nous. mais je ne pensais pas pouvoir rester en leur compagnie si longtemps et surtout si près ! Nous sommes vraiment privilégiés car peu de personnes sont admises. Pas plus de six par famille de gorilles et seulement une heure auprès d’eux.

DSC04174web

Et c’est la remise du diplôme…

Que dire de plus ? Matinée inoubliable… Si vous avez un jour l’occasion d’aller à la rencontre des gorilles, ne la ratez pas !

DSC04179web

L’après-midi sera reposant. Une visite au village (nous sommes les seuls « touristes ») et quelques achats dans une petite boutique tenue par une dame du « Women Center », où des femmes réalisent différents vêtements, sacs, pochettes, en tissu. Sympathique et utile…

DSC04184web

Le centre scientifique qui étudie les gorilles

DSC04197web

DSC04196web

Quelques échoppes:

DSC04185web

Si, si….c’est un restaurant ! Pas essayé…

DSC04186web

DSC04188web

Un arbre qui donne de jolies fleurs

DSC04195web

Et ce panneau qui m’a donné la traduction du titre d’un vieux film (Hatari ! , avec John Wayne) que j’aime beaucoup

DSC04190web

Retour au camp, un petit apéro et un excellent dîner avant une nuit réparatrice…

Commentaires fermés sur Vendredi 18 juillet: une rencontre inoubliable.

Classé dans Voyage

Jeudi 17 juillet: La forêt impénétrable de Bwindi.

Un bon petit-déjeuner et en route pour l’aéroport où nous allons voyager dans un petit coucou privé qui va nous conduire vers la forêt impénétrable de Bwindi, au sud-ouest du pays et à la frontière du Congo.

Carte ouganda Bwindi ort Portal

Il fait un temps exécrable. Il pleut des hallebardes (It’s raining cats and dogs) !

DSC03974web

DSC03973web

DSC03971web

Notre pilote est d’origine indienne (les Indiens sont très nombreux en Ouganda) et le copilote est ougandais. Ils ont le sourire, nous un peu moins. Mais tout se passe bien et nous retrouvons le beau temps en arrivant à Kihihi, l’air-strip qui se trouve le plus près du Gorilla Forest Camp où nous allons passer trois nuits.

DSC03986web

DSC03990web

DSC03989web

Une voiture nous attend pour nous conduire au camp. Nous faisons connaissance avec les paysages de l’Afrique tropicale, bien différente de ce que nous connaissons. Ici tout est vert ! L’atmosphère est très humide malgré le grand soleil. Nous traversons des villages. Beaucoup de monde, une grande pauvreté. Mais aussi beaucoup d’écoles (religieuses) et de nombreux sourires.

DSC03995web

Ici, très peu de blancs. Nous sommes une curiosité. Et nous observons deux sortes de réaction: les enfants, pour la plupart, et surtout ceux qui sont scolarisés, sont accueillants et nous font force « hello ». Mais certains adultes ou adolescents nous semblent plus hostiles. Je ne me dépare pas de mon sourire mais cela ne fait pas toujours mouche.

Voyant néanmoins beaucoup d’enfants errant sur les routes à l’heure de l’école, je m’étonne. Hélas, comme en Égypte, les enfants dont les parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité, sont exclus de l’éducation. Il existe de nombreuses associations qui essaient de pallier ce problème mais elles ne suffisent pas.

Nous traversons de grandes plantations de thé. Ce sont les Indiens, évidemment, qui les ont créées et qui les possèdent.

DSC03996web

Voici des grues couronnées. Ce bel oiseau est l’emblême de l’Ouganda.

DSC04001web

800px-Flag_of_Uganda_svg

Nous arrivons…

DSC04005web

DSC04003web

DSC04006web

Notre chalet se nomme « King Fisher ».

DSC04010web

DSC04011web

DSC04030web

DSC04032web

DSC04033web

DSC04009web

DSC04023web

DSC04026web

DSC04029web

DSC04024web

DSC04025web

Voici l’accueil et la boutique de Nicholas…

DSC04017web

Nous nous installons confortablement et confions notre petite lessive à Ludovic. Le dîner est délicieux. Choix entre deux entrées, deux plats et deux desserts. Tout est très bon et cuisiné avec beaucxoup d’inventivité. Bravo au chef ! La nuit nous offre ses bruits, très différents de ceux que l’on entend dans la brousse… Demain, nous allons à la rencontre des gorilles !

Commentaires fermés sur Jeudi 17 juillet: La forêt impénétrable de Bwindi.

Classé dans Voyage

Mercredi 16 juillet: Ouganda, nous voici !

Départ de Pretoria pour l’aéroport de Johannesburg vers 10h30. Nous avons beaucoup de temps avant le décollage pour Kampala/Entebbe. Nous en profitons pour faire des achats surtout pour nos petits.

Out-of-Africa

ACSAindabalifestyle

Vol sans histoire jusqu’à Entebbe où nous faisons une nouvelle escale car le camp est encore loin ! Nous sommes à l’hôtel Protéa, très agréable et situé au bord du Lac Victoria. C’est ISMAIL qui va nous accompagner durant tout notre séjour.

ProteaHotelEntebbe_04

protea-hotel-entebbe

4968508_7_b

DSC03969web

DSC03970web

Un bon dîner, une presque bonne nuit (un bruit de moteur incessant: un générateur ?).

Commentaires fermés sur Mercredi 16 juillet: Ouganda, nous voici !

Classé dans Voyage

Mardi 15 juillet: En transit à Pretoria

Ce matin, grasse matinée jusqu’à sept heures. Nous allons quitter le Botswana.

DSC03921web

Nos bagages étant vite prêts (12 kg maximum !) j’en profite pour faire quelques photos du camp.

Le lounge

DSC03924web

DSC03925web

Le ponton

DSC03926web

La bibliothèque

DSC03929web

DSC03931web

DSC03930web

DSC03932web

La terrasse est construite autour des arbres

DSC03933web

DSC03938web

Un arbre à saucisses:

DSC03939web

DSC03941web

Notre « home »

DSC03942web

DSC03943web

2396_little_vumbura_camp_bedroom_lr_md

02~Bedroom

zoom

little-vumbura-5282

Little_Vumbura05_800x600

La vue de notre terrasse

DSC03944web

DSC03946web

Et tandis que nous attendons l’heure du départ dans le lounge, les hirondelles qui y ont fait leur nid, sont de sortie…

DSC03934web

DSC03947web

Au revoir ! Merci à tout le staff, vraiment sympathique et très professionnel..

DSC03951web

Nous rejoignons donc l’air-strip. D’abord en bateau…

DSC03952web

puis en Land Rover…

DSC03953web

Au revoir les éléphants !

DSC03955web

C’est Christina qui va nous piloter jusqu’à Maun.

DSC03958web

Elle a bien sûr vérifié qu’il n’y avait personne sur la piste… (photo d’un autre voyageur)

avion-little-vumbura-camp

Et nous décollons pour Maun. Nous devons faire une petite escale avant pour prendre au passage deux autres voyageurs.

Voici quelques photos du delta de l’Okavango vu du ciel:

DSC03956web

DSC03957web

DSC03959web

DSC03960web

DSC03961web

DSC03963web

DSC03964web

DSC03966web

Atterrissage parfait.

DSC03967web

Nous prenons ensuite un avion South African Airlines qui nous mène jusqu’à Johannesburg. De là, nous nous rendons dans un hôtel à Pretoria, dont il n’y a rien à dire sinon qu’il a dû être construit par un architecte fantaisiste… Assez lugubre, glacial au sens propre du terme (pas de chauffage dans les parties communes et il fait vraiment froid !)

Mais ce n’est qu’une escale et cela n’a pas beaucoup d’importance. Demain nous partons pour l’OUGANDA !!!

 

Commentaires fermés sur Mardi 15 juillet: En transit à Pretoria

Classé dans Voyage

Lundi 14 juillet: la soirée BOMA

DSC03863web

Ce soir c’est le BOMA, barbecue organisé autour d’un feu, en plein air, dans un enclos (à cause des éléphants qui pourraient s’inviter). Sur la signication de ce mot (BOMA) j’ai appris par le manager du camp que cela venait sans doute de l’occupation britannique qui désignait ce genre de lieu par British Offices Mess Area.

Tout le staff du camp nous offre des danses et des chants:

DSC03870web

DSC03876web

DSC03881web

DSC03884web

Ce jeune homme, qui nous a accompagnés dans notre safari et notre balade en mokoro, travaille à la protection de la vie sauvage

DSC03891web

Et lui, c’est notre guide RAIN qui est bien timide…

DSC03909web

Nous sommes un peu fatigués des bavardages incessants des autres voyageurs: les Américains, majoritaires,  sont très très diserts. Leurs questions sont toujours les mêmes et ils aiment surtour parler d’eux…Aussi  nous offrons nous un dîner privé près de la piscine.

little-vumbura-3 piscine

C’est notre dernière nuit dans ce lieu enchanteur. Les petites grenouilles et les grillons ont repris leur berceuse…

Commentaires fermés sur Lundi 14 juillet: la soirée BOMA

Classé dans Voyage